Premiers mots

Samedi soir. L’heure est tardive, la tasse de thé est froide, la lumière de mon bureau fatigue un peu. Une odeur capiteuse d’épices et de sucre flotte dans mon appartement, c’est le Panettone, dévasté par mon estomac, signal que les fêtes arriveront bientôt. Pour la première fois, je n’ai pas hâte de les célébrer, puisque c’est toujours l’occasion de dresser les bilans illusoires de l’année écoulée et ne nous le cachons pas, celle-ci a été particulièrement pénible pour tout le monde. Aucune envie de revenir sur les tumultes, les déprimes à répétition, l’avalanche d’informations aliénantes et alarmistes qui provoque en nous une véritable fatigue, une usure de notre esprit, une submersion (pour ne pas dire noyade), un burnout médiatique, trop de nouvelles, c’est tout simplement trop.

Voilà pourquoi ce blogue.

Pour m’évader, pour trouver d’autres âmes égarées dans cette constellation et échanger avec elles ma passion pour l’écriture, la lecture et les actualités dans le monde.

Néanmoins, cette année n’aura pas été qu’une source d’angoisses et d’échecs, loin de là. Bon ok, peut-être que je vais faire un petit bilan, mais seulement sur le positif. Mon accomplissement ? L’écriture d’un livre dont l’histoire me trottait dans la tête depuis des années (Les Enfants du Millénaire). Pour cela, je n’y suis pas allé de main morte, j’ai profiter d’avoir quitté mon ancien travail pour lequel j’ai exercé durant quatre années. J’en avais marre, j’avais besoin d’une pause, de renouveler mes cellules grises, d’aérer et de tranquilliser mon esprit. On ne s’accorde pas assez de temps avec nous-mêmes et, je vous le dis, m’imposer ce congé de six mois aura été l’une des décisions les plus salvatrices.

Grâce à cela, je pense avoir réussi cet objectif d’écriture avec succès. Après six ans de gestation à écrire la bible de ce récit avec des bouts de ficelles, j’ai pu coucher par écrit les 350 pages de la première version en deux mois chrono. A l’heure actuelle, la relecture et la correction sont en cours, le chemin s’annonce long mais le jeu en vaut la chandelle, l’écriture est décidément mon moyen le plus sûr pour aller mieux. Vider mon esprit de maux et le remplir de mots est un exercice salvateur que je compte bien entretenir les années à venir. Je ne sais toujours pas si je veux envoyer ce roman à des éditeurs, peut-être mettrai-je des extraits ici et là pour avoir des retours constructifs ? Ma déformation professionnelle me susurre à l’oreille que, sur internet se trouvent des gens qui n’ont pas le temps, qui veulent que tout aille vite, qui scroll leurs fils d’actualités à la même vitesse qu’on jette le plastique d’un jouet à la poubelle. A suivre, donc.

Toutefois, je tiens à ce que ce blog soit un peu plus qu’un blog d’écriture. Je ne sais pas si je vais partager mon expérience à ce niveau, mais j’aimerais bien échanger autour de lectures, de ce qui se passe dans notre monde, il y a tellement de choses à dire face à ces événements inédits. Pouvoir partager tout cela avec sérénité et calme sur un espace comme celui-ci ferait, je pense, du bien à nos esprits… et nous permettraient d’en garder une trace ?

Ce faisant, toi, ô grand.e lecteur.rice qui s’aventure sur cette nouvelle toile, n’hésite pas à faire découvrir ton univers, à partager sans retenue tes impressions. A l’heure où on nous retranche chez nous, trouvons les bons moyens pour nous évader.

Je vais finir la dernière tranche de Panettone, je n’ai pas faim, c’est de la pure gourmandise. L’ampoule de ma lampe fait des caprices, ce sera tout pour le moment. D’autres billets arriveront très bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s